vendredi, mars 25, 2011

La naviguation chromée

Internet, ça fait oublier qu'on a raté sa vie, qu'on n'habite plus à Paris, qu'on a un travail peu intéressant et que la laideur arrivera avec l'âge.

lundi, mars 21, 2011

Le plus grand fiasco de mon histoire annoncé

Moi je vais au titre. Pour y arriver, c'est un concours, l'épreuve reine de ma branche. Si j'avais un lectorat, je raconterais ma préparation ici.

dimanche, mars 06, 2011

Sueshen décolorée

Vidée de sa substance parisienne, ternie par le temps, Sueshen n'est plus : place à Miss Bolsos. Moi, je m'en fiche assez, franchement.

jeudi, mars 03, 2011

Le conditionnel

Si j'avais des lectrices, ce serait forcément des idiotes.

vendredi, février 25, 2011

Les smarties


Je ne fermerai pas ce blog.

dimanche, décembre 26, 2010

Vers le retour de la scène

Il y a quelques années, j'étais une petite célébrité sur mon lieu de travail. Aujourd'hui tout le monde m'a oublié. C'est un peu la même chose sur ce "blog" (sic) (je parle de l'oubli, pas de la célébrité hélas). Cette situation est assez normale, car je n'ai rien à offrir. Les choses qui m'arrivent tous les jours ne sont pas assez amusantes pour que je les raconte ici. Heureusement (sic) je vais reprendre le travail dans quelques semaines. A cette occasion, j'aurai peut-être des histoires de scène à proposer à un éventuel (peu probable en fait) lectorat.

lundi, décembre 20, 2010

La fin heureuse du très long travail

Je suis revenu. Ces derniers mois, j'ai achevé un travail que j'avais commencé il y a bien longtemps et qui doit déterminer tout mon avenir. Je ne donnerai pas d'autres détails ici.

jeudi, août 05, 2010

Le signal sonore

J'avais remarqué que dans ce nouveau bus, lorsque quelqu'un appuyait sur le bouton pour demander l'arrêt, un son assez fort et surprenant était émis. Aujourd'hui, j'étais donc heureux de le faire, alors que le bus allait forcément s'arrêter. J'eus du mal à ne pas trop sourire de plaisir.

dimanche, juillet 04, 2010

La remarque humoristique

Je pourrais parler du très plaisant commentaire apparaissant sous la "note" précédente, mais je préfère raconter une petite anecdote. Hier, à la BNF, (mes anecdotes commencent souvent ainsi) j'étais à la banque de salle, lorsque j'aperçus à côté de moi une Japette. Elle avait, semble-t-il, un petit souci avec l'une de ses commandes. Je lui dis alors : "Il y a toujours des problèmes ici", puis : "Mais le chauve est gentil". Elle rit et me dit "merci".

jeudi, juillet 01, 2010

L'échec suprême : la masculinisation totale du lectorat

Cela (sic) devait bien arriver un jour, plus aucune fille ne lit ce blog (sic). Est-ce grave ? Oui (on aura tout vu ici) car le premier objet du "Journal d'un perdant" est de faire rencontrer des jeunes femmes (jolies) à son auteur (sic). A la BNF, c'est un peu la même chose. Je déjeune souvent tout seul. Finalement, ma vie ressemble à un film américain dans lequel un type se réveille à chaque fois pour vivre la même journée. Est-ce que j'en souffre ? (encore !?) Non, car ça pourrait être pire. D'un autre côté (ce balancement est insupportable, le lecteur de passage -forcément- pourrait attraper le mal de mer) l'absence de perspective fillophilique est un peu triste.